Je suis fou de Vous, Madame! Je vous aime à la folie, pardonnez-moi Madame! (2)

MADELEINE

Vi dedico il passo più toccante, non solo a mio avviso ma anche per fama quasi mondiale, de “A la recherche du temps perdu” dove Marcel Proust descrive come, con il pretesto di un morso a un piccolo biscotto (la madeleine appunto), veniamo invasi da una miriade di sensazioni legate al nostro passato che non è solo nel ricordo involontario di esso ma è anche uno sprofondare il proprio essere nelle deliziose sensazioni provate in quel passato…per esempio l’infanzia…e la causa non è la Madeleine in sè ma è da ricercare dentro di noi, e nel perchè in quel momento il marasma sensoriale ci ha devastato.

Ora leggetevi il passo poi chi lo vuole ascoltare dalla mia voce in basso lascio il link..così per diletto…

“Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine.

Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause.

II m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse : ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu’elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D’où venait-elle ? Que signifiait-elle ? Où l’appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de plus que dans la première, une troisième qui m’apporte un peu moins que la seconde. II est temps que je m’arrête, la vertu du breuvage semble diminuer. Il est clair que la vérité que je cherche n’est pas en lui, mais en moi. […] Je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C’est à lui de trouver la vérité. Mais comment ?

ascoltami qui:

http://www.spreaker.com/user/6340205/proust

Bonne soirée

(con il prezioso aiuto di Nicola De Laurentiis e Gio Coss Ferrari)

Advertisements

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...